Livraison offerte à partir de 60€ d’achat - 2 échantillons gratuits par commande

Interview d’Isabelle Katz, responsable R&D de la division cosmétique

15 décembre 2017

Interview d’Isabelle Katz, responsable R&D de la division cosmétique

Isabelle Katz anime le département formulation de la recherche Alban Muller. C’est donc elle qui élabore, avec son équipe, les produits finis, crèmes, sérums, masques… En tant que directrice technique, il lui revient d’organiser et de conduire les tests qui en valident la sécurité et l’efficacité, et d’en assurer la conformité vis à vis des réglementations internationales. Cette passionnée de cosmétique est dans la société depuis 19 ans.

Interview

Comment définiriez-vous la cosmétique Alban Muller ?

Par la création du meilleur produit naturel. Trouver des actifs performants, innovants, ce n’est pas donné à tout le monde. Et les transformer en produits de soin à la fois naturels, sensoriels et efficaces encore moins. En 19 ans, 500 à 600 produits ont été créés ici. Dans notre métier, si nous n’innovons pas, les marques ne nous choisissent plus. C’est notre défi quotidien.

Comment expliquez-vous un tel succès ?

Comme il y a des brodeurs, des orfèvres, des doreurs sur bois… nous, nous faisons de l’artisanat  à partir des plantes.

Chez nous, on ne s’arrête jamais en chemin. Nous allons jusqu’au bout. Pour un produit, nous avons eu un jour 106 soumissions. C’est-à-dire que nous avons revu, refait, repensé la formule 106 fois, jusqu’à ce qu’elle corresponde exactement à ce que l’on voulait. C’est pour ça que nos produits sont à ce point aimés et achetés.

De la graine à la peau : la R&D d’Alban Muller expérimente depuis 40 ans de nouvelles formules.

Le naturel, c’est une contrainte difficile à respecter ?

Une énorme contrainte. Mais la contrainte crée la créativité. Et les exigences de naturalité nous ont toujours boostées. Alban Muller est un précurseur. Depuis 40 ans, avant tout le monde, il a compris que l’avenir de la cosmétique était dans les plantes et qu’il fallait créer des produits de soins naturels.

En quoi la recherche du 100% naturel a-t-il été un moteur d’innovation ?

Chaque fois que nous nous sommes trouvés face à des difficultés à relever nous avons recherché de nouvelles solutions. Ce fut le cas par exemple pour les modes d’extraction des plantes. A l’époque, les seuls solvants utilisés étaient chimiques et polluants pour l’environnement. Nous avons révolutionné le marché des extraits de plantes en trouvant le meilleur substitut qui est 100 % naturel et avec lequel nous fabriquons nos propres actifs selon une technologie unique dans le monde.  

Comment la cosmétique naturelle a-t-elle évolué avec les années ?

Longtemps, on s’appuyait sur les propriétés traditionnelles reconnues des plantes, et on partait du principe que la crème qui en contenait présentait ces propriétés. Toutes les  affirmations doivent aujourd’hui être prouvées. C’est-à-dire que chaque fois que nous parlons  d’efficacité, il faut le  démontrer. C’est aussi mon rôle de valider que les vertus du végétal se retrouvent bien dans le  produit  et  que  la peau en  bénéficie pleinement.